Conseils_voyage_ Algérie

Pour se rendre en Algérie :

Un visa est nécessaire pour se rendre en Algérie. Pour son obtention, se rendre dans les consulats d’Algérie de votre pays. Les Tunisiens, Mauritaniens, Libyens et marocains sont exemptés de visas.

En avion: Plusieurs compagnies aériennes assurent la liaison entre l’étranger et l’Algérie : Air Algérie, Air France, Aigle Azur, Alitalia, British Airways, Tunis Air, Royal Air Maroc, Saudi Arabian Airlines , Syrianair, Turk Hava Yolari, Egypt Air’,Lufthansa, Fly LPI,QatarAirways,etc...

En bateau: Compagnie Nationale Maritime. Départ des ports de Marseille, Sète, Alicante, la Corse, Almeria. Arrivée aux ports d’Alger, Oran, Béjaïa, Skikda, Annaba,Ghazaouet.

En train: Train express Tunis-Annaba-Alger, express tout relatif car vous mettrez 10 heures pour aller d’Annaba à Alger (environ 750 km).

En voiture: Il est possible de se rendre en Algérie via la Tunisie ou depuis La Libye, Niger, Mali ou Mauritanie. Un projet d’autoroute internationale est en cours. Les frontières algero-marocaine ne sont pas encore ré-ouvertes.

Circuler: L’Algérie possède le plus vaste réseau routier du continent africain, une compagnie aérienne, une société de chemins de fer, un réseau de cars. Le secteur du transport est en plein développement, vous n’aurez aucune difficulté à vous déplacer, même dans les endroits les plus reculés du Sahara. Pour le voyage dans le désert prévoir une réservation auprès d’une agence de tourisme locale. Les voyages dans le grand Sud ne peuvent se faire sans guide.

En avion: Air Algérie relie quasi-quotidiennement les aéroports des grandes villes que compte le pays. Pour le Sud compter environ 2 vols par semaines. Ainsi que « Aigle azur » qui appartient au groupe Go fast et aussi Tassili Airlines pour les vols vers le Sahara.

En train: Un peu lent mais confortable! La SNTF : Société Nationale du Transport Ferroviaire assure le trafic entre la plupart des grandes et moyennes villes du pays à prix intéressant. Comptez 1000 dinars soit 10 € et 5 heures pour relier Alger à Oran, 250 dinars soit 2.50 € pour relier en 4 heures Bejaïa à Alger distantes de 310 km . Le train est surtout un bon moyen pour découvrir les magnifiques paysages qu’offre le pays.

En voiture: A l’exception des grandes villes, il est conseillé de demander les itinéraires sûrs et faciles à emprunter à la population locale ou de vous faire accompagner. Les « minicars » sont utilisés par beaucoup d’algériens. Ils relient les villes et villages les plus reculés, leur trafic est dense et leurs prix sont intéressants. Le code de la route algérien est à peu près le même que celui des pays européens, les panneaux de signalisation sont en arabe et en français pour la plupart. Dans le top mondial des accidents de la route, l’Algérie se classe malheureusement 4ème, la prudence sur la route est donc indispensable à tout moment. L’été 2005, le gouvernement algérien a d’ailleurs lancé une grande campagne de sensibilisation autour du thème de la sécurité routière. Autre solution, il est facile de trouver des sociétés de location automobile pour des tarifs modique, il vous suffit pour cela d’une pièce d’identité. Les tarifs varient de 10000 à 15000 dinars ( 100 a 150 euro) la semaine pour une voiture de catégorie A (Clio, 206, 307..etc.).

En taxi: Les taxis en ville peuvent être hélés dans la rue et des radio-taxis existent également dans les grandes villes que l’on peut appeler de n’importe quel taxiphone (cabine téléphonique situé dans un kiosque). Les taxis en ville sont de deux types collectifs ou individuels. Les taxis collectifs assurent des lignes régulières. Des taxis longue distances (inter wilayas qui relient les grandes villes du pays) existent également, disponibles au niveau des gares routières dans toutes les villes du pays. Plus rapide que les bus, ils transportent six passagers à la fois dans un confort acceptable. Cependant la conduite des chauffeurs de ses taxis est très dangereuse.

En car: Les cars relient toutes les villes du pays mais il faut parfois prendre des correspondances. Confortables avec des horaires réguliers, les tarifs varient de 25 à 50 dinars. Avec les trains, ils sont le moyen le plus sûr pour se déplacer sur de longues distances.

Parler: La langue nationale est l’Arabe. Mais vous n’aurez aucun mal à trouver à travers toute l’Algérie des interlocuteurs s’exprimant en Français qui est compris et/ou parlé par un grand nombre de personnes. Il faut noter que d’autres langues sont parlées dans le pays : le kabyle en Kabylie, le chaoui dans les Aurès. Il est à noter que dans la capitale Alger, le français est très couramment parlé.

Acheter: Centre commerciaux, artères et avenues remplies de magasins et restaurants de toute sorte... des vêtements de marque aux derniers modèles électroménagers ... Après les difficultés et les pénuries des années 80-90 dû au système économique socialiste, aujourd’hui on réussit à trouver presque tout en Algérie. Les cartes de crédit sont peu répandues mais cela est compensé par le fait qu’il est possible de négociés les prix. Vous pouvez retirer de l’argent dans les principales banques.

Pour rappel : 1 euros = 100 dinars ce taux varie selon les périodes de l’année. Le salaire minimum en Algérie est fixé à 10000 dinars(DA) soit 100 euros.

Manger: Surtout ne manquez pas de gouter la gastronomie algérienne :n’oubliez pas de gouter au couscous. De manière générale, la gastronomie algérienne repose sur des produits frais. Les légumes et les fruits y sont réellement succulents. Parmi les plats traditionnels, on trouve la Chorba, une soupe de légumes et de viande qui est surtout consommée pendant le Ramadan. Le patrimoine gastronomique algérien révèle de grandes disparités régionales. Par exemple, le Couscous algérois et oranais présente des différences importantes, les villes et les villages regorgent de snack de méchoui, de poulet rôti, pizza. A goûter, pour ceux qui ne connaissent pas, les figues de Barbarie ou les melons (jaunes) et les fameuses fraises de Blida que vendent les gamins le long des routes qui mènent aux plages.

Boire: Toutes sortes de boissons connues à l’échelle internationale, ou locales sont disponibles ! Les algériens préfèrent les jus de fruits aux boissons gazeuses, d’où une grande variété de jus naturels dans les cafés et restaurants. Les eaux minérales algériennes sont variées. Les liqueurs Vous les trouverez dans des bars spécialisés, dans les restaurants classés, dans les grands hôtels internationaux ou à emporter chez les marchands de vins et liqueurs.

Se loger: Pour se loger, ce n’est vraiment pas difficile, il existe des hôtels de luxe et pas cher sur tout le territoire comme le El Djazaïr et le Sofitel pour Alger, Le Sheraton à Oran, le Seybouse à Annaba, bien sure ces villes possèdent d’autres grand hôtels. Le prix d’une belle chambre de luxe pour un couple coute entre 45 euros et 100 euros par jour, comme il existe des prix de 10 euros à 45 euros pour les touristes à faible budget. Il est à signaler que plusieurs services sont offerts dans les hôtels de luxe, par exemple la cafétéria, le bar, le restaurant, boite de nuit, piscine etc... De plus il est à noter que durant la saison estivale de 15 juin au 31 août plusieurs propriétaires louent des maisons et des chalets sur la mer méditerranée de Port-Say (Marsa Ben M’hidi) à El-Kala les prix varient selon le nombre de pièces, généralement entre 700 euros à 3000 euros par mois électricité incluse mais il est préférable de réserver à l’avance par l’intermédiaire d’une connaissance ou d’une agence de voyage. Il y a aussi le Complexe de Hammam Meskoutine (thalasso, piscine..etc.) qui est situé près d’une cascade d’où jaillit une source d’eau qui fait 98°C, c’est la deuxième source la plus chaude du monde après celle de Geyser en Islande. Le tarif en fonction du nombre de pièce du bungalow varie entre 1500 et 3000 dinars (15 à 30 euros) par jour.

Apprendre: La façon la plus sûre et la plus conviviale pour apprendre est celle de se rapprocher d’un petit cercle de personnes âgées et de les écouter. En effet, les manuels scolaires traitent des sujets « choisis » par le pouvoir en place. Ils ne reflètent pas toujours la réalité. Il existe aussi une véritable tradition de transmission orale du savoir. Il est bon aussi d’être ouvert au autre, et de ne jamais refuser ce qu’on vous offre, acceptez-le de bon cœur, être le plus souriant possible.

Travailler: Malgré une baisse non négligeable du chômage, celui-ci reste un grand problème en Algérie. L’Etat encourage l’investissement étranger dans différents secteurs.

Sécurité: La sécurité est l'une des premières questions que se pose quelqu'un qui veut se rendre en Algérie. durant la période de terrorisme (1992- 1999), le pays était considéré comme l'un des plus dangereux au monde. Mais depuis quelques années la paix et la stabilité reprennent leurs droits. Cependant, il est par précaution conseillé pour les déplacements hors des grandes villes de se faire accompagner ou de demander à la population locale les itinéraires sûrs.

Etant donné l'immensité du Sahara algérien : 1,3 millions de km2 , il est obligatoire en tant que touriste ou personne de nationalité étrangère de faire acte de votre présence à la gendarmerie nationale et d'être accompagné d'un guide ou d'une personne connaissant la région .

Respecter: En Algérie, l'Islam est la religion dominante. Il y a de très nombreuses mosquées dans le pays.

L'appel à la prière retentit dans les minarets ( et ce, même en plein milieu de la nuit). Tenue vestimentaire : même si beaucoup de femmes algériennes s'habillent à l'occidentale, il est toutefois recommandé pour éviter de se faire embêter dans la rue d'avoir une tenue vestimentaire discrète. A la plage mesdames vous ne serez pas les seules à porter des maillots de bain, même 2 pièces! Attention toutefois aux plages isolées

Dans certaines villes ou quartiers ( la Casbah d'Alger, Ghardaïa, El Oued) il est préférable de s'habiller de manière très pudique. Il est normal quand on visite un pays de respecter les us et coutumes surtout en Algérie car les algériens ont une immense fierté de leur culture. Il faut aussi éviter de rappeler les sois disant bienfaits de la colonisation et surtout pas au jeune génération qui représente 70% de la population.

Communiquer: Taxis-phone et cybercafés et depuis peu cabines téléphoniques sont présents en nombre partout dans le pays. Vous n’aurez aucun mal à rester en contact avec vos proches. Le téléphone portable connaît un boom remarquable, la couverture des 3 opérateurs de téléphonie mobile: Mobilis, Djezzy et Nedjma est respectable.

Une solution pratique pour le voyageur qui se déplace avec son portable, en lieu et place du « roaming » qui se révèle très onéreux, le mieux est d’acheter une carte prépayé : entre 100 DA(1€) et 1500 DA(15€) suivant l’opérateur et la promotion du moment. Elle vous donnera droit à un numéro de portable local pour un cout modique. Et depuis peu les opérateurs ont baissaient leurs tarifs des appels vers l’étranger de 25%, ce qui n’est pas négligeable.

page content can be above and below the following IFrame

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site